Le numéro 10 d’AéroMag-Nouvelle-Aquitaine vient de paraître

L’éditorial d’Eric Trappier, Président-directeur général de Dassault Aviation

 

Ce numéro d’AéroMag-Nouvelle-Aquitaine paraît le jour même où nous inaugurons le nouveau centre de maintenance Dassault Falcon Service (DFS) de Bordeaux-Mérignac. D’une superficie de 7 200 m², ces infrastructures bénéficient d’un accès à la piste de l’aéroport et sont prévues pour accueillir jusqu’à six avions de type Falcon 7X, 8X et 5X. Elles complètent les installations MRO (maintenance, réparations et révisions) de DFS implantées sur l’aéroport de Paris-Le Bourget. Elles nous permettent d’accompagner l’expansion constante de la flotte Falcon, qui compte aujourd’hui plus de 2 000 appareils à travers le monde et qui continue de croître, notamment avec l’arrivée du Falcon 8X, dont les livraisons ont commencé le mois dernier.

La première mission de ce nouvel établissement sera d’assurer la montée en cadence des visites de type C pour les Falcon 7X. Plus de 250 avions d’affaires de ce modèle sont déjà en service et les premiers exemplaires arrivés en flotte approchent de l’échéance de cette maintenance lourde, prévue après huit années d’exploitation. En plus des visites C, le bâtiment hébergera des activités de réparation structure, de réaménagement cabine, de modification avionique, de menuiserie et de peinture.

Le centre MRO de DFS Mérignac pourra compter sur la proximité des ressources de l’usine Dassault Aviation où sont nés les Falcon, il y a un peu plus de 50 ans. Il pourra aussi s’appuyer sur les compétences et les sous-traitants spécialisés de la Nouvelle-Aquitaine. Réciproquement, le tissu industriel local bénéficiera de cette implantation, notamment pour les métiers de mécanicien, chaudronnier, spécialiste de l’aménagement intérieur, etc. Un accord avec Aérocampus a été conclu afin d’aider à recruter et former les 70 experts et techniciens que comptera, à terme, ce nouvel établissement. A cet égard, les élus de la région et de Bordeaux Métropole ont contribué depuis de nombreuses années au développement d’un écosystème favorable à la filière aéronautique. Il est essentiel que cette dynamique régionale soit maintenue ; il en va de l’intérêt d’un secteur technologiquement en pointe, exportateur et créateur d’emplois à forte valeur ajoutée.

Côté militaire, c’est évidemment le contrat Rafale en Inde qui fait l’actualité. Ce succès est collectif et j’en salue les acteurs : les autorités politiques, la DGA et les armées, nos 500 partenaires industriels, grands groupes et PME-PMI, dont un nombre important se trouvent en Nouvelle-Aquitaine. Grâce à cette commande, nous pérennisons la production du Rafale à la cadence de deux avions par mois. Outre la fabrication, la région est concernée par deux aspects majeurs du programme Rafale : la maintenance, avec la Simmad et le CFA implantés à Bordeaux-Mérignac ; la formation, avec les bases aériennes de Saintes, Rochefort et Mont-de-Marsan, sans oublier là encore Aérocampus.

La Nouvelle-Aquitaine offre le meilleur de l’aéronautique civile et de l’aéronautique militaire. Ce modèle dual, qui est aussi le nôtre, a largement démontré son efficacité. Faisons en sorte qu’il dure longtemps.